Pétrole, famine, ou vas la planète

Publié le par MoDemEcolo

Sur le blog MoDem Mulhouse

Le prix du pétrole flambe, et ce n'est pas une gageure, plus de 100 dollars US le Baril (160 litres).

Agence International de l'Energie avait pourtant annoncé que la consommation de pétrole dans le monde devait baissé, mais à priori nos amis les spéculateurs ont estimés qu'il leurs fallait encore engrangé quelques menu monnaie sur notre compte.

Et comme cela ne suffisait pas, il apparaît que les révoltes qui ont lieu en HAITI, sont entrainde se propager à travers tout les pays dit en voie de développement.

L'ONU se déclare trés inquiète des répercutions de ces famines. Et nous le serions à moins, car il s'agirait en fait d'un jeu que nous connaissons bien, et ou soudainement les stocks mondiaux de céréales se serait épuisé.

Maintenant posons nous donc les bonnes questions, ou du moins une seule valable, qui est :

A qui profite le crime ?

Pour ma part la réponse est relativement simple me semble t-il. En effet si nous reprenons les différents type d'organisation mondial qui concerne le pétrole, ou bien même les céréales et autres matières première.

Un producteur produit, vend à une coopérative, qui vend sur le marché à des centrales, qui redistribue au sein d'unités de ventes.

Système qui semblait bien fonctionner, mais un petit soucis au passage, tout les prix sont fixé par des bourses, donc échanges de bien contre argent. Mais cela irais bien si quelques petits malins, n'avaient pas compris qu'en achetant massivement une ressource, il se produisait une monté mécanique des prix. Suffit d'attendre un prix haut et confortable, et de revendre rapidement afin de pouvoir faire quelques substentiel bénéfices.

Nous pouvons toujours pensés que c'est une manière comme une autre de gagner sa vie. Et je suis d'accord, à un petit bémol, mais vraiment léger.

Quand des spéculateurs gagnent de l'argent comme cela il vas généré les problèmes suivants :

Prix haut, moins de consommation, ralentissement de l'économie, suppression d'emploi, chômage, augmentation de la pauvreté.

Donc des investisseurs s'enrichissent en appauvrissant d'autres personnes.

Le problème de cette histoire c'est que pour le moment ce sont toujours les pays émergeant qui trinques, mais à n'en pas douter je pense pour ma part que nous avons commencé à trinqué, et que cela ne fait que commencé.

Pour résumé :

Sub-Prime, pétrole, famine, réchauffement planétaire, nous sommes dans une drôle de situation et je ne voie pas encore comment nous allons nous en sortir, si nous ne faisons pas les efforts minimaux.

La question quels sont les efforts ?

Pour ma part je pense qu'il est important, que l'ensemble des états décide d'un commun accord de redonner de la moral au système actuel, et d'initié une révolution dans le sens noble du terme ou la probité et le respect serait un minima pour enfin faire du “business”, et surtout interdire au spéculateur de pouvoir venir sur des marchés qui serait considéré comme vitaux, tels que le pétrole, les matières premières, la nourriture.

Si rien n'est fait rapidement je rejoint entièrement le commissaire de l'ONU qui à déclaré que nous passerions d'émeute à cause de la famine, à des actes de guerre pour s'approprié de la nourriture. Mais n'oublions pas aussi les problèmes d'approvisionnement en eau.

Nous ne sommes finalement préparé à rien du tout, si une catastrophe majeur devait survenir dans les mois avenir, sous forme d'innondation torrentielle comme il y en as eu en Afrique dernièrement les bilans en pertes humaines seront bien plus important.

Et il ne faut pas oublier que l'immigration changera de nature en passant d'une immigration économique, à une immigration de catastrophe et celle-ci sera rapide et massive, et la aussi il y as des risques énormes de conflits.

Nous devons impérativement arrêter de tergiversé et attendre, il est urgent d'agir avec réflexion, autrement les problèmes à venir seront bien plus grave et important que ceux que nous connaissons actuellement.

Et les OGM ne résoudront pas la question alimentaire.

Nous sommes en état d'urgence, même si cela ne paraît pas encore évident.

Publié dans Blogs

Commenter cet article