PAQUET ENERGIE-CLIMAT : CAP21 souhaite une position volontariste

Publié le par MoDemEcolo

Lors du sommet européen de mars 2007, les chefs d’Etat ont décidé de réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre (GES), de stimuler l’utilisation des énergies renouvelables à hauteur de 20% et d'augmenter l’efficacité énergétique de 20% d’ici 2020.

A la suite de ces engagements, la Commission a proposé, le 23 janvier 2008, un paquet de propositions législatives, notamment en ce qui concerne la révision du système communautaire d’échange de quotas de CO2, les biocarburants et la répartition de l’effort entre les Etats membres pour développer les renouvelables en prenant en compte le PIB des Etats.

Les chef d’Etat et de gouvernement ont confirmé, vendredi 14 mars, leur souhait d’aller le plus rapidement possible sous cette législature, notamment pour que l’UE puisse jouer un rôle de moteur et de leader dans la lutte contre le réchauffement climatique, notamment dans le cadre des négociations internationales qui se poursuivent sur « l’après-Kyoto. Un accord sur le paquet Climat-Energie pourrait être trouvé avant la fin de l’année 2008 sous la Présidence française

CAP21 manifeste cependant son inquiétude sur les négociations à venir. En premier lieu, la France, pour qui la Commission envisage de porter la part des énergies renouvelables dans la production énergétique à 23% d’ici 2020 a déjà manifesté son opposition à dépasser les 20% fixés dans le Grenelle de l’Environnement. En second lieu, les industries européennes à forte intensité énergétique exercent actuellement des pressions considérables sur la révision des quotas de carbone arguant des risques pour leur compétitivité dans un marché mondial où les contraintes environnementales et de réduction des gaz à effet de serre sont inégales.

Pour Eric DELHAYE, porte-parole de CAP21, « les négociations s’avèrent difficiles et risquent d’aboutir sur des compromis qui ne seront pas à la hauteur des enjeux réels de la lutte contre le réchauffement climatique. Il faut que la France porte des objectifs ambitieux lors de la présidence de l’Union Européenne au second semestre 2008 et mise sur la création de richesses et d’emplois portés par l’innovation, la recherche, l’investissement dans les nouvelles technologies de l’environnement. » Plutôt que d’accorder des exemptions aux industries européennes à forte intensité énergétique, il convient de tout mettre en œuvre pour négocier un accord international post-Kyoto ou en cas d’échec d’envisager la mise en place d’un mécanisme d’ajustement à la frontière pour lutter contre le dumping environnemental.

Communiqué de presse - 20/03/08

Publié dans Sur le net

Commenter cet article

arno 24/03/2008 11:36

Bonjour, j'ai visité votre blog et j'ai trouvé que vous publier de bon article en général, cela vous diriez-il de mettre un lien entre nos 2 blogs?
MON BLOG: http://segoleneroyal2012.over-blog.fr/
J'attends votre réponse !!! et bonne continuation !!!