Des Verts pastèque aux Verts melon

Publié le par MoDemEcolo

Marianne 2007.info

Des Verts pastèque aux Verts melon

Certains écologistes ont quitté les Verts pour le Modem de François Bayrou. Effet d'aubaine, acte isolé ou vraie tendance ?

Cela « n'affole pas » Dominique Voynet, mais les faits sont là : certains Verts ont décidé de se convertir à l'orange et de rejoindre le Modem. La fuite des écolos a commencé avec le ralliement de Jean-Luc Benhamias, ex-secrétaire national des Verts, à François Bayrou. Résultat : parmi les 535 candidats UDF-Modem aux législatives, on compte une grosse dizaine d'anciens Verts. Quatre à Paris, dont Danielle Auffray, adjointe de Bertrand Delanoë, et Violette Baranda, élue verte à la mairie de Paris. A ceux-là on peut ajouter deux autres proches de Jean-Luc Benhamias candidats à Marseille et quelques candidats éparpillés entre la Seine-et-Marne, le Val d'Oise, ou la Picardie...

D'autres encore sont passés par un canal de recrutement différent, via Cap 21, le parti de Corinne Lepage, elle aussi ralliée à François Bayrou et cofondatrice du Modem. « On est en contact avec plusieurs membres des Verts qui pensent à nous rejoindre, explique Corinne Lepage. Deux l'ont déjà fait : Jacques Maret et Albert Peyranno. Nous avons décidé de les présenter sur le quota de candidats réservé à Cap 21 au sein du Modem. » Question : mais pourquoi ces « Verts pastèque » comme certains s'amusent à les appeler, ces Verts rattachés à la rose socialiste, ont-ils décidé de devenir des « Verts melon », en ralliant le parti orange du candidat centriste ?

Car même Jean-Luc Benhamias et Corinne Lepage le reconnaissent : l'écologie n'a pas été le point fort de la campagne de François Bayrou. « Mais justement, nous faisons tout pour peser sur le programme », se justifie Corinne Lepage. Elle estime d'ailleurs qu'elle a déjà infléchi la plate-forme présidentielle du candidat centriste. Pour Jean-Luc Benhamias, ce sont les querelles internes au parti des Verts qui ont poussé ses amis à le rejoindre au sein du Modem : ils auraient été lassés de « la culture du groupuscule », des « guerres internes », qui « font plafonner le parti à 1,57% des voix ». Dans le parti de Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, on préfère traiter cette tendance par le mépris : « il faut relativiser, ce n'est qu'une poignée de gens. Ce n'est pas significatif. » Dominique Voynet soupçonne même ceux qui ont quitté son parti de s'être laissés griser par une investiture aux législatives : « ces personnes sont devenues des personnalités en se sauvant », lâche-t-elle.

Reste deux interrogations auxquelles il est sans doute trop tôt pour répondre. Cette tendance est-elle appelée à se poursuivre, comme le prédit Jean-Luc Benhamias ? Pour le député européen, « dès le 11 juin, des centaines de militants Verts pourraient rejoindre le Modem », déçus par le score de leur parti au premier tour des élections législatives. Pour convaincre les hésitants, un site Web
« Modem écologie » a même été mis en place. A voir. Mais surtout : que vont devenir ces courants verts au sein du parti de François Bayrou ? « Il serait tout à fait regrettable que les Verts apportent avec eux les problèmes de leur parti », note Corinne Lepage. « Il faudra que nous nous unissions, qu'il n'y ait pas de cacophonie. En tout cas, je ferai tout pour que ça n'arrive pas », promet la présidente de Cap 21.

Mercredi 30 Mai 2007
Anna Borrel avec François Vignal
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

metallah 03/06/2007 12:14

je serai plus "modéré" que toi So ;) attendons les actes concrets...
je suis sur qu'il y a aussi des gens sincères , chacun essaye d'être utile là où il pense être utile (mais pourquoi exister seulement en tappant sur le voisin, ça par contre...)


par contre je suis assez d'accord avec ça
Découvrant ce matin la lettre du limousin, à la rubrique "tribune politique" nous remarquons avec étonnement la contribution de l'UDF qui se pose en chantre de l'écologie ... et puis en relisant, finalement, nous constatons avec consternation que la manière droitière de "faire" de l'écologie , est bien différente que la position de l'écologie politique que nous défendons ...
L'UDF , aujourdhui modem, (pour faire jeune, nouvelle technologie etc... ) illustre sa tribune sur le photovoltaique et c'est trés bien.... mais regrette que nous nous soyons opposés au soutien , sans réflexion préalable de l'éthanol, c'est à dire de ce carburant issu de l'agriculture...En disant bien évidemment que cela permettrait "aux agriculteurs de devenir producteur d'énergie"... après avoir obligé les pays africains à affamer leur population pour fabriquer les tourteaux de soja nécessaires à l'alimentation de notre bétail..... est il nécessaire d'appauvrir le sol, d'utiliser l'eau dont on sait qu'elle manque déjà .... de demander à la terre agricole , celle qui nourrit, de quoi faire de l'essence?
Cette vision est encore une fois à court terme, consumériste... elle répond seulement à une demande de consommation sans réflechir à ses conséquences... Bien sur il convient de réduire fortement des gaz à effet de serre , bien évidemment il convient de trouver des modes alternatifs d'énergie, mais aussi de transports.... Et il ne suffit pas de dire benoîtement qu'après avoir gaspillé le pétrole, on va gaspiller l'eau et utiliser les cultures pour circuler ... Ce qui était d'ailleurs le propos de notre tribune précédente dans la lettre du limousin d'avril/mai...
Allons... On voit bien que la droite, toutes obédiences confondues, surfe sur la crainte écologique parce que c'est la mode.. et parce que cela peut rapporter aux mêmes (grands groupes céréaliers, notamment ) .
Finalement , non, je ne suis pas surprise de la teneur de la tribune de l'UDF/Modem...... ce n'est pas de l'écologie, ce n'est même de l'environnement.... c'est un effet de mode ....
ce n'est pas du réalisme vital pour la planète (bigre ... appauvrir les sols , utiliser l'eau pour produire des betteraves , pour les transformer, pour enfin en faire du carburant...) c'est une vision mortifère de l'avenir ....et il faut bien comprendre que seul le calcul de l'empreinte écologique permet de déterminer si une idée ou une politique est écologiquement durable....

http://legislativesg-jeannot-pages.blogspot.com/2007/05/un-ralisme-vital-ou-une-vision-mortifre.html



bonne chance donc à ces écolos préférant "provisoirement" le centrisme orangé , surement avec sincérité

So-Ann 03/06/2007 10:59

Je suis bien d'accord avec Metallah, le Modem ne fait actuellement rien de plus que de la récupération politique, comme les autres partis avant!

metallah 03/06/2007 10:38

Marianne et Le Monde se relancent dans les articles à la limite du puant
reprendre le mot pastèque tout d'abord , alors qu'il a pour origine des mots de l'extreme droite, s'inspirant de la situation en Espagne...
répandre sa bile ensuite en utilisant les mots qui font mals, mots choisis

quand on croit un animal affaibli on tappe sur lui, ce n'est pas très glorieux de la part de ces médias qui poursuivent une cabale entamée il y a quelques temps déjà

il n'est pas très glorieux non plus de la part de ce site de les reprendre tels quels sans réelle réflexion... à croire que certains écolos trouvent moyen d'exister seulement en tappant sur leurs "voisins"

je vous laisse réfléchir à ce genre de responsabilités également...