François BAYROU : "Développement durable : passer aux actes"

Publié le par MoDemEcolo

Prononcé par : François Bayrou le : 21 octobre 2006

 

Si je suis élu, je mettrai en place un Pacte national, et que je souhaite européen, pour l'environnement et le développement durable. Car il nécessitera l'accord non seulement de la majorité nouvelle que nous voulons construire, mais des autres formations qui auront un jour l'occasion de participer aux décisions.

 

(Seul le prononcé fait foi)

Mes chers amis,

C'est le deuxième colloque sur l'environnement que nous organisons en quelques mois, et il y en aura d'autres, car on est au cœur des questions auxquelles notre société va avoir à apporter une réponse. Ceci est à la fois un résumé des problèmes de notre temps, et symbolique des réponses que l'on doit apporter.

Un sourire avant de commencer. Toi qui es conseiller régional d'Ile-de-France, qui nous a fait part du programme du Conseil régional sur les panneaux solaires. En sortant du portail, tourne à droite et regarde l'immeuble de verre sur le trottoir de gauche. Tu vas découvrir qu'il est fait de panneaux striés, de cellules photovoltaïques prises dans le verre, plus exactement de faux panneaux solaires. Pourquoi ? Parce que les promoteurs et architectes qui avaient déposé un permis de construire pour un immeuble alimenté par panneaux solaires, ont dû attendre si longtemps une réponse qu'ils ont été contraints de construire avec de faux panneaux solaires. C'est un des grands maux de la France : on fait semblant de discuter. On n'écoute pas les interlocuteurs, ou si on les écoute, on se contente de leur dire "ce que vous demandez est déjà fait". On passe son temps à pondre des décisions qui ne sont de nul effet, et ajoutent à la pile des décrets, arrêtés, recommandations, lois que nous votons et qui ne changent rien à la réalité du pays.

Nous sommes devant le sujet de notre avenir. Nous allons devoir répondre à cette question, non seulement en tant que politiques, mais en tant que génération. C’est le défi principal par les enjeux en cause et par ce que cela signifie de la démocratie que nous voulons construire.

Je veux reprendre les faits, vous y retrouverez ceux dont nous avons débattu le 22 avril, que Jean-Marc Jancovici a présentés à notre Congrès il y a deux ans, dont nous avons parlé à notre Université d'été, dont parle le film d'Al Gore que je vous appelle à voir, et que les scientifiques considèrent désormais comme des données : tous les scientifiques que j'ai rencontrés sont allés dans le même sens. Le monde politique doit prendre en compte cette unanimité : sur 924 contributions scientifiques significatives sur l'évolution du climat, l'Académie des Sciences américaine en a compté zéro pour nier le phénomène en cours.
D'ici à la fin du siècle, nous allons assister à une hausse de la température moyenne du globe, située entre 1,8 et 5,8°. 1,8°, c'est la différence entre le climat actuel et les dernières grandes glaciations. Mesurez ce que peut avoir comme signification une nouvelle hausse de 1,8° en termes de niveau des océans, de menaces sur la vie de l'humanité. 

Lire la suite

Publié dans Sur le net

Commenter cet article